G.A.R.ç.E.S contre la politique actuelle de criminalisation des prostituées !

Les dernières lois votées concernant la prostitution criminalisent et répriment les prostituées. De façon directe, avec la loi de 2003 instaurant l’interdiction du racolage passif et les multiples arrêtés municipaux anti-prostitution décidés par les maires, ou indirecte, avec le projet de loi déposé à l’Assemblée Nationale le 7 décembre 2011 en faveur de la pénalisation des clients. Cette démarche sécuritaire nous semble catastrophique à tous les niveaux.

  • ·      Nous dénonçons les politiques répressives envers les prostituées.

=> Nous demandons l’abrogation de la loi LSI (art225-10-1) qui pénalise le racolage passif.

=> Nous exigeons l’abrogation de la notion juridique de soutien de proximité au proxénétisme, qui empêche les putes de louer un appartement (le/la logeur/se est accusable de proxénétisme), de vivre avec d’autres personnes (conjoint-e- et colocataires sont accusé-e-s de proxénétisme) et de s’associer entre elles (elles sont accusées de proxénétisme entre elles).

  • ·      Nous refusons le projet de loi actuel qui vise à pénaliser les clients de prostituées car cette mesure ne fera qu’invisibiliser la prostitution et porte atteinte à la sécurité des prostituées.

 

  • ·      Nous exigeons une réelle politique de démantèlement des réseaux mafieux ils sont identifiés, c’est-à-dire davantage de moyens au service de la lutte contre le proxénétisme.

 

  • ·      Nous demandons la régularisation des prostitué-e-s sans-papièr-e-s , seules moyen de lutter contre la traite internationale.

 

  • ·      Nous demandons que l’Etat mette en place une aide réelle pour celles qui veulent sortir du système prostitutionnel.

=> Des structures d’accueil d’urgence spécifiques et anonymes.

=> Une aide financière inconditionnelle leur permettant de vivre décemment.

=> Un dispositif gratuit d’aide à la réinsertion, avec des formations professionnelles.

  • ·      Nous revendiquons pour les personnes en situation de prostitution, l’accès aux droits sociaux et la protection sociale qui devraient être communs à toutes et tous.

 

  • ·      Nous refuser la discrimination envers les personnes prostituées quant à l’application des lois en matière de violences sexuelles, d’agression, de voies de fait et harcèlement. 

 

  • ·      Nous demandons des formations pour le personnel policier, médical, social et juridique sur les violences subies par les prostituées.

G.A.R.ç.E.S., le collectif féministe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s