La Libye, ce pays de barbares ?

Une controverse a éclatée lors de la mort de Khadafi sur la mise en place d’une Constitution fondée sur la Charia. La Charia, cette chose par nature « barbare » et idéologiquement inacceptable… pour des occidentaux chrétiens ? Soudain en France nous avons eu, comme au moment du voile, une poussée inespérée de féminisme, y compris venant de
l’extrême droite !

Droits des femmes ou droits des occidentaux ?

Notons d’abord l’ironie dans la dénonciation unanime du rétablissement de la polygamie
de la part de ceux qui ont promu il y a quelques mois l’intervention militaire en Libye. Le peuple qu’on devait alors impérativement aider à se libérer du joug dictatorial serait devenu un peuple de primaires islamistes, et donc forcément de terroristes en puissance. (Le joug dictatorial qui était lui-même notre meilleur allié en 2007 lorsqu’il s’agissait de vendre des armes.)

Mais qui s’est inquiété du sort des femmes Libyennes durant cette guerre ? Qui a bien voulu rappeler que les situations de conflits armés sont extrêmement propices aux violences sexuelles ? Selon les rapports de l’ONU Femmes, dans les conflits contemporains, 90% des victimes sont des civiles, et parmi elles, la grande majorité sont des femmes et des enfants. Dans les situations de guerres ou de conflits armés, les femmes peuvent subir des formes spécifiques de violences et violences sexuelles, parfois déployées pour atteindre des objectifs militaires. Elles peuvent également être forcées à différentes formes d’exploitation sexuelle pour subvenir à leurs besoins ou assurer leur survie.

Cet aspect n’a pourtant jamais été évoqué ni au moment de l’intervention militaire ni après. Il est trop tôt pour savoir ce qu’il s’est passé ces derniers mois, d’un côté comme de l’autre, mais on ne voit pas très bien pourquoi ce conflit échapperait à la règle. De même, on ne voit pas très bien pourquoi le rôle de la France serait plus exemplaire et irréprochable que dans d’autres conflits. Il ne s’agit pas d’affirmer sans preuves que le scénario Rwanda ce serait inévitablement reproduit, mais on peut tout même douter des bonnes intentions déclarées par nos représentants à l’ONU : lors de son intervention, le représentant de la France a salué le rôle des femmes dans le Printemps arabe. Il a en outre rappelé l’importance que les femmes continuent d’être représentées et activement consultées dans les processus de réformes en cours. Enfin, il a rappelé l’engagement de la France dans le cadre de son plan national d’action afin de renforcer la participation directe des femmes aux opérations de reconstruction et aux processus décisionnels.

La laïcité comme déguisement de la chrétienté

Maintenant, on fait mine de se préoccuper des droits des femmes et de la laïcité des institutions. Car c’est bien connu, l’Islam est incompatible avec l’égalité des sexes. Bien plus que la religion catholique, dont nos lois et notre code civil sont si peu inspirés ! Il ne s’agit pas ici de nier le fondement patriarcal de la polygamie ni de défendre cette pratique, mais simplement de la mettre en perspective au regard de nos propres pratiques. Si l’Islam ne doit pas inspirer la Constitution, pourquoi la Chrétienté le pourrait ? Une telle affirmation ne tient que si l’on considère la deuxième comme intrinsèquement supérieure à la première, quelque soit le contexte.

En France, le divorce par consentement mutuel et le droit à l’avortement ont été arrachés au législateur il y a seulement quelques dizaines d’années, et la difficulté à les obtenir vient bien évidemment des pressions conservatrices et catholiques. Les mêmes qui continuent de s’opposer à l’avortement, sont les premiers à dénoncer le rétablissement de la polygamie en Lybie. Il vaudrait donc mieux être dépossédée de son corps que d’être la femme d’un mari polygame ?

De même les violences conjugales n’ont été reconnues par la loi qu’en 2010 ! Car le mariage signifie appropriation de la femme et de son corps par le mari, et qu’il était jusqu’alors inconcevable que le refus d’un rapport sexuel puisse exister dans un couple marié. Ce qui devrait primer est l’intégrité physique et le respect de la femme et non de savoir qui a le droit de la posséder (la réponse étant : personne à part elle-même). A moins qu’il ne soit prouvé que la polygamie favorise les violences ? S’il s’agit de choisir entre être la 3ème femme ou être la seule mais être battue et ne pas avoir accès à l’IVG, les préceptes catholiques n’apparaissent pas si nettement comme étant plus progressistes… Mais la laïcité et la séparation entre les lois et la religion ne semblent devoir s’appliquer qu’aux pays « sous-civilisés », ayant des religions par nature plus « violentes ».

Oui les religions oppriment les femmes, TOUTES les religions. Non pas la foi individuelle des pratiquants, mais la religion en tant qu’institution, et son utilisation par l’Etat comme moyen de contrôle des corps et de la population. Alors gardons-nous de donner des leçons de civilisation et de féminisme à un peuple dont on a envahi par la force le territoire il y a quelques mois. Si le but était de rétablir la démocratie, laissons les Libyens s’autodéterminer et décider démocratiquement de leurs lois. Les droits des femmes ne sont pas par nature « occidentaux », pas plus que la « démocratie ».

Publicités

Une réflexion au sujet de « La Libye, ce pays de barbares ? »

  1. Rappelons aussi que même en France, il a fallu un temps fou pour que le viol du mari sur sa femme soit reconnu comme un délit…. un viol dans un couple, c’était considéré comme un non-sens pendant des années…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s